Le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, accompagné de plusieurs ministres et du wali d’Alger, a lancé, lundi 29 octobre, le 23e Salon international du livre d’Alger (SILA) ou il a appelé à encourager l’édition en langue Tamazight. Il s’est rendu dans plusieurs stands où il a annoncé l’installation de l’Académie de la langue amazigh avant la fin de l’année en cours. « Le Haut-commissariat à l’Amazighité a joué un grand rôle dans la promotion de la langue tamazight. Il a honoré l’initiative du Président de la république, Abdelaziz Bouteflika de rendre la langue Tamazight nationale et officielle, aux côtés de la langue arabe. Malheureusement, j’entends toujours des choses qui peuvent créer des troubles au sein de cette dernière, mais Tamazight connait aujourd’hui un important engouement, elle est enseignée dans plus 30 willayas » a déclaré M.Ouyahia lors de son passage au Stand du HCA. 

De son côté, Si El Hachemi Assad, secrétaire générale du HCA, a confié que son établissement publie 14 nouveautés en collaboration avec l’ONDA, OPU et l’ANEP. « Nous avons des traductions en langue tamazight dont le roman Nedjma de Kateb Yacine et les actes de colloques internationaux sur Mouloud Mammeri », a-t-il annoncé.

Promouvoir l’image de l’Algérie Africaine

M.Ahmed Ouyahia, a ensuite remercié les organisateurs du stand de l’esprit Panaf d’avoir pensé à promouvoir une image positve de l’Afrique et à rappeler la dimension africaine de l’Algérie. «  Les gens oublient parfois cette dimension », a-t-il noté. Il a salué également l’Office national des droits d’auteurs et des droits voisins (ONDA), à sa tête Samy Bencheikh El Houcine, pour avoir défendu les droits d’auteurs et des artistes algériens. Au niveau du stand de l’Office des publications universitaires (OPU), il a évoqué l’importance du livre universitaire. « Il est plus qu’ urgent de réduire l’importation du livre et de réduire les prix de ce dernier afin qu’il soit à la portée des étudiants » a-t-il dit.

Plaidoyer pour l’exportation du livre

Lors de son passage au stand Dalimen, le Premier ministre a avoué que le pays a connu en 2017 une situation financière douloureuse. « Cette année le pays va un peu mieux même si c’est à crédit, le livre doit se battre et les éditeurs algériennes se battent. Vous le le faites bien », a-t-il déclaré. Il a souligné, au niveau du stand de Dar El Ouma, l’importance d’exporter le livre algérien. « Tous les livres arrivent en Algérie, nous espérons que la littérature algérienne arrive à son tour dans d’autres pays arabes », a-t-il préconisé. Maya.D

Pin It on Pinterest

Shares
Share This