Après avoir lu des textes des écrits du psychiatre et essayiste français Frantz Fanon, fortement impliqué dans la lutte pour l’indépendance de l’Algérie, Mourad Yellés professeur des universités en littératures maghrébines, est revenu sur le parcours de ce denier en incitant la jeune génération à lire ses œuvres. « Je vous parlerai de l’actualité de Fanon, en reprenant ses propres propos, pour nous autres algériens, pour l’Europe et pour l’humanité. Beaucoup de jeunes algériens d’aujourd’hui n’ont jamais lu une seule ligne de Fanon » a-t-il dit lors d’un débat à l’Esprit Panaf (pavillon central). Il faut, selon lui, lire Fanon, car  il nous parle plus que jamais. «Et quand il nous parle, il le fait avec plus d’un titre.  Il était un militant, c’est avant tout quelqu’un de sérieux, un homme de l’ombre et qui se connait, il a fait l’objet de plusieurs attentats, il n’a jamais réclamé aucuns privilège de quelque nature qu’il soit » a-t-il avancé.

Fanon, le dramaturge

« Fanon est également un intellectuel et un penseur, il ne cessait de lire bien au-delà de sa formation de psychiatre. Il ne lisait pas l’arabe mais il faisait son possible de comprendre le profond de la société algérienne » a-t-il rappelé. M.Yélles a confié que Fanon a écrit deux pièces de théâtre et plusieurs poèmes. « Il n’a pas eu le temps d’écrire, sa vie était courte. On doit avoir en mémoire toutes ces facettes de Fanon pour proposer des clefs d’analyses sur les grands enjeux de notre époque parce que la pensée de Fanon nous offre des outils d’interprétation de ces dynamiques, socio-historique auxquels nous sommes actuellement confrontés et qui revêtent les caractères dramatiques », a-t-il anaylsé  

Maya.D

Pin It on Pinterest

Shares
Share This