Le roman historique « Laghouat la Ville assassinée ou le Point de vue de Fromentin » de l’écrivain Lazhari Labter a été présenté, vendredi 2 novembre à la vente dédicace au stand des éditions El Hibr.

Vous revenez dans votre dernier roman sur une histoire peut connu de Laghout. Laquelle?

J’ai raconté une histoire très peu connue qui porte sur Laghouat qui est ma ville natale. C’est un roman historique qui raconte la prise de Laghouat en 1852 par les français. Elle a été partiellement détruite et la population massacrée. J’ai voulu, entre autres, évoquer ce génocide et la résistance des habitants aux envahisseurs. Cette histoire est seulement connue des historiens.

Vous avez choisi de raconter cette histoire par un roman historique. Pourquoi?

Oui, j’ai voulu m’attaquer à ce sujet pour le faire connaitre à la jeune génération à travers un roman historique, mais pas à travers un livre d’histoire car je ne suis historien, je suis romancier.

Justement, que lit le jeune algérien actuellement ?

Je vous parlerai à partir de mon expérience autant qu’éditeur, Le roman est le genre littéraire le plus lu dans le monde. En Algérie, les livres d’Histoire sont très demandés. Les algériens veulent connaitre leur Histoire dont celle à des résistances populaires  Les jeunes s’interrogent sur leur identité, demandent à savoir qui ils sont, d’où ils viennent ou encore ou ils vont et surtout ou va l’Algérie. Ils vont chercher les réponses dans les livres d’Histoires publiés dans leur pays.

 

Propos recueillis par Maya.D

Pin It on Pinterest

Shares
Share This