Comme en écho au « Fou d’Elsa », célèbre poème de Louis Aragon, Jamel Foughali, conteur et nouvelliste, invite ses lecteurs à partager, dans ce recueil de textes, traduit par Abdeslem Ikhlef, et publié par les éditions Hibr, des idées écrites entre septembre 1991 et mai 1996 à Annaba, sa ville natale. Ils traduisent, dans une belle prose poétique, les malheurs vécus par l’Algérie durant ces années de terreur et de violence.  Et ce n’est nullement le fait du hasard si le recueil est dédié à Bakhti Benaouda, poète, universitaire, chercheur, écrivain bilingue et journaliste réduit au silence définitif par les ennemis de la beauté et les assassins des Lumières comme des centaines d’autres intellectuels, écrivains et artistes qui portaient la parole et l’espoir d’un peuple. « Manuscrit d’un drame » traduit les douleurs, les cris et les espoirs d’une époque.

Pin It on Pinterest

Shares
Share This