Mohamed Abdellah, 21 ans, vient de publier son second roman « Souvenez-vous de nos sœurs de la Soummam » chez ANEP éditions.

Pourquoi avoir choisi le sujet de ces femmes du maquis, ayant eu des difficultés à trouver leur place à l’Algérie post-indépendance ?

Dans le roman les faits commencent en 1962, avec un jeune homme et plusieurs jeunes femmes qui voient la naissance de leur pays. Ces personnages accompagnent l’Algérie qui essaye de prendre sa place dans le concert des Nations, avec notamment femmes qui cherchent de leurs places dans la société. J’ai voulu mettre en parallèle ces deux idées avec ce titre qui est le slogan utilisée par un de mes personnages ; un clin d’œil à l’énorme contribution de toutes les femmes algérienne pour le recouvrement de la souveraineté nationale, l’indépendance de l’Algérie.  Ces femmes ont disparu des lumières alors qu’elles voulaient trouver leurs places et s’épanouir dans la société post indépendance. Les faits se déroulent entre 1960 et 1970, avec un épilogue en 1990.

Pouvez-vous nous faire une petite présentation des protagonistes du roman ?

Il y a tout d’abord Omar, le seul homme des protagonistes. Timide et réservé, il vient d’une famille nombreuse, d’une famille importante. Il trouve son aise en compagnie des femmes. Fadwa est une femme ambitieuse  qui veut forger sa carrière dans la politique et la diplomatie et dit que la politique n’est pas la chasse gardée des hommes. Il y a aussi a aussi Abla qui tente de trouver sa liberté dans l’expression artistique et théâtrale.

Hormis le roman, songez vous à aller vers d’autres genres d’écriture, le polar par exemple ou le théâtre ?

Le polar pourquoi pas, je reste ouvert à tous les genres littéraires. Pour ce qui du théâtre, je pense qu’il y a tout un code qui m’échappe pour l’instant. Dans mon dernier roman, il y a une partie ou des personnages montent une pièce de théâtre, donc j’ai commencé à m’approcher du quatrième art.

Entretien réalisé par A.B.

Pin It on Pinterest

Shares
Share This