Ancien ministre de la Culture palestinien entre 2003 et 2006, Yahya Yekhlef a été l’invité de l’estrade du 23e SILA, jeudi 8 novembre, pour revenur sur le parcours héroïque de Ghassan Kanafani, fondateur de la littérature palestinienne contemporaine, assassiné par le Mossad en 1972. Présenté par le romancier Amin Zaoui, en sa qualité de modérateur de la rencontre, Yahya Yekhlef est un auteur prolifique. Lauréat du prix Qatara en 2016, il a entre autres écrit « Rakib Eriyah », une narration légendaire de la ville de Haifa avec une plongée dans son histoire millénaire.Militant politique, il a dénoncé à travers sa plume l’injustice de la politique israélienne et le silence de la communauté internationale contre les injustices à l’égard du peuple palestinien, Yahya Yekhlef a également écrit « Tilka layla tawila » un roman sur l’acte de piraterie de l’avion d’Abou Amar dans le désert de la Libye. « El yed edafi’aa » est un autre roman dont l’intrigue repose sur des anciens contes populaires transmis par voie orale.

Kanafani, ambassadeur du roman palestinien

Le conférencier a évoqué la vaste contribution de Kanafani à internationaliser le roman palestinien dans notamment grâce à son travail de fond sur l’identité palestinienne. « Ghassan Kanafani a exploré et exporté l’identité palestinienne qui était menacée de disparition dans une conjoncture difficile de l’histoire du pays, notamment après le drame de 1948. Il a donné une magnifique empreinte esthétique de cette identité dans son aspect arabe et humain », a-t-il confié. Yahya Yekhlef a rappelé l’influence des écrits de Kanafani sur les exilés palestiniens dispersés partout dans le monde. Il a évoqué le « socle identitaire » de ses œuvres qui a rassemblé le peuple palestinien à travers l’effet magique de la littérature.

« Retour à Haifa »

Le conférencier est revenu par la suite sur « Retour à Haifa », ouvrage d’anthologie qui a marqué plusieurs générations du peuple palestinien. « Il décrit dans une dramatique histoire entre un autochtone palestinien et un juif d’origines polonaises toute l’injustice du monde actuel. Le peuple palestinien a hérité de ce grand auteur des leçons de morales dont l’usage du temps ne pourrait effacer de la mémoire de chaque palestinien, ainsi que des icônes de résistance, de courage et de liberté dans tous ses œuvres », a-t-il souligné.

Adel Brahim

 

Pin It on Pinterest

Shares
Share This