Nabile FARÈS, Hommage collectif : Coordonné par Beida CHIKHI, Ali CHIBANI et Karima LAZALI

 Poète, romancier et dramaturge, Nabile Farès a laissé advenir sa propre vision de la littérature dans la lignée des écrivains algériens qui l’ont précédé, qu’il a côtoyés et lus avec passion, reconnaissant dans leurs textes les passages salutaires de la voix à l’écrit, puis de la lettre à la parole. Marqué par des événements d’une grande violence, cet «enfant de la guerre» devint l’écrivain des transitions et des passages, engagé contre les mythologies destructrices : désir de domination, esclavage, colonialisme, impérialisme, ségrégation, guerre, dictature… De Yahia pas de chance (1970) à son livre posthume, L’Étrave (2017), il a construit une œuvre importante, portée par une réflexion sur la complexité poétique et politique de la langue.

Universitaires, écrivains, artistes et psychanalystes se sont réunis pour lui rendre hommage et éclairer la cohérence d’une œuvre souvent désignée comme difficile d’accès : «’tu’ ne peux dire ‘je’ dans la parole la plus simple, le discours le plus naïf, la langue la plus neutre.» (Nabile Farès, L’État perdu).

PRIX: 800 DA

 

Pin It on Pinterest

Shares
Share This