Mohamed Iguerb, commissaire du Salon International du livre d’Alger (SILA), a animé, vendredi 1er avril, une conférence de presse où il a dévoilé un premier bilan du 25ème SILA, quelques heures avant sa clôture au Palais des expositions des Pins maritimes.

« Le 25ème salon a été, cette année, exceptionnel et ce, pour quatre raisons : éditeurs exempts du payement des frais de location de stands, coïncidence avec le 60ème anniversaire du recouvrement de la souveraineté nationale, 25ème anniversaire de création du Sila, et organisation de l’événement en un temps record. Le 25ème SILA a enregistré une fréquentation importante et significative avec plus de 1,3 million de visiteurs », », a-t-il dit.

1250 éditeurs, entre algériens et étrangers, ont participé au SILA, répartis sur une surface d’exposition de 20 000 m². Mohamed Iguerb a évoqué la participation pour la première fois du Centre national des manuscrits et de l’Armée Nationale Populaire (ANP). Abordant la présence du SILA sur les réseaux sociaux, il a précisé que le salon a été suivi sur Facebook par plus de 3 millions d’internautes. Quant aux vidéos postées sur les réseaux sociaux, elles ont enregistré plus de 800 000 vues. Et plus de 100.000 personnes sont venues consulter la plate-forme spéciale SILA.

Pour rappel, cette digitalisation, nouvellement introduite au 25ème SILA, a permis, selon Mohamed Iguerb, de visiter le Salon virtuellement, de s’informer sur les nouveautés et d’acheter des livres en ligne.
Selon lui, le stand dédié à l’échange de livres d’occasion a connu un franc succès. Il a promis la reprise du concept pour le prochain salon.
Interrogé sur la probable tenue de la prochaine édition du SILA en octobre 2022, Mohamed Iguerb a répondu que la date n’est pas encore fixée précisant que « chaque édition doit être différente de par la qualité et la maîtrise, cela nécessite du temps ».

Abdelkrim Ouzaghla, chargé des activités culturelles du Salon, a déclaré qu’une cinquantaine de rencontres ont été organisées du le SILA 2022. « Elles ont eu un écho favorable auprès du public. Toutes ces rencontres ont suscité l’intérêt des visiteurs », a-t-il déclaré.
Antonia Grande, directrice de l’Institut culturel italien d’Alger, est revenue, pour sa part, sur la participation de l’Italie au Salon en tant que pays invité d’honneur. « L’Italie était présente avec ses éditeurs, ses auteurs et ses intellectuels et ce, avec un programme de conférences riche et varié. C’est un signe de respect, de sympathie et d’amitié affichés par l’Algérie envers l’Italie », a-t-elle déclaré. Antonia Grande a, d’autre part, soutenu que le SILA a été un moment de rencontres, de partage et d’échange d’idées. « Le public était présent et l’accueil était positif. La participation de l’Italie a été l’occasion de mettre en contact des éditeurs algériens avec des éditeurs italiens pour des projets communs notamment dans le domaine de la traduction», a-t-elle annoncé.
Et d’ajouter : « Il y a des projets de traduction, nous travaillons de manière à augmenter plus la traduction d’auteurs algériens et inversement ».
Durant le salon, une rencontre entre professionnels du livre algériens et italiens a été organisée.