Le stand du Sénégal attire les foules

Le stand du Sénégal, pays invité d’honneur de cette 24e édition du Sila, qui se trouve à l’entrée du pavillon central, fait le plein des visiteurs et attire une foule impressionnante.

La culture sénégalaise a suscité, durant ces premiers jours, une forte curiosité de la part des visiteurs algériens. Le Sénégal propose un large éventail de publications dont des ouvrages politiques, historiques, littéraires et même religieux (islamiques), sachant que 94% des sénégalais sont musulmans. D’ailleurs, plusieurs livres d’écrivains tels que le jeune auteur  Khalil Diallo, qui viens de publié son tout premier roman s’intitulant « A l’orée du trépas », est déjà en rupture de stock. Ce qui attiré le plus, les visiteurs est la culture sénégalaise, qu’ils aimeraient, découvrir à travers les nombreux ouvrages, que présente le stand.

L’espace consacré à l’hôte de cette année, propose un certain nombre de titres, notamment Poésie orale Soninké et éducation traditionnelle de Tandia Aliou Kissima, nous trouverons aussi «Black and Latin America», un ouvrage collectif issu d’un forum international tenu à Dakar du 7 au 12 janvier 1974. Littérature, politique et économie, y compris «Le retour» de l’Aminata São Vall, «L’option Yassine» de Paul Mar Mani, «L’histoire des conquêtes démocratiques au Sénégal» par Hadj Ibrahim Brahim Nado, «Le point de vue de la diplomatie sénégalaise de 1960 à nos jours» par Valio Kanye, «Ce long pays» par Marima Ba , «Mines africaines et gouvernementales pour les entreprises» Pour l’écrivain Amadou Diallo, «Un long retour d’exil» de Nafisat et Dia Diouf, «Mai 1968 à Dakar, où la Révolution universitaire et la démocratie» et d’autres œuvres ornent les étagères de l’invité d’honneur de l’État.

Quatorze auteurs sénégalais participent à cette 24e édition. Une riche programmation, rencontres  et animations sont au menu afin de satisfaire la nombreuse demande des visiteurs algériens.

.